Tuesday, 27 April 2010

A week-end in Paris with Maman and Papa and Antho =

I'M PAULINE AGAIN

Je suis heureuse je fais des blagues pourries a tout va je sors je bouge je rencontre des gens je suis motivée je rigole je regarde mes séries je me promène je parle beaucoup je suis moi again. 

Monday, 8 March 2010


Il faut quand meme que je developpe l'idée d'avoir l'impression de vivre dans un monde sans aucun liens spatiotemporels avec la realité.

Je ne sais plus d'ou je viens, je ne sais absolument pas ou je vais.
Je ne sais plus qui je suis, je ne me reconnais plus, et ce que j'arrive a voir, c'est ce que j'ai toujours detesté.

Je n'ai pas l'impression de vivre ce que je vis. J'ai plutot l'impression de lire un livre, d'etre plongée au beau milieu d'une histoire, et donc au beau milieu de mon imagination.
Je vis au present, comme jamais. Je n'ai aucune notion de passé, ni meme de futur. Chaque seconde passée me semble loin, tellement loin qu'elle frise l'irreel. Je suis un point mobile qui avance au meme rythme que les aiguilles d'une horloge, et autour de ce point, c'est le brouillard. Rien d'autre. Le passé n'a plus de sens. Il ne m'appartient en rien. Quant au futur, lui non plus n'a plus de sens. Je vais la ou mes pas me menent, sans aucune volonté. A vrai dire, j'y crois meme pas. Aller a la fac l'année prochaine, retourner a Clermont et retrouver tout le monde, meme ca ne me motive plus. Deja parce que je ne vais pas dans la branche que je souhaite. Ensuite parce que c'est Clermont. Bref c'est toujours le meme refrain. J'ai perdu toute ambition. Je suis vraiment vide de toute vision d'avenir. Je suis une trajectoire, simplement. Betement. Je ne cherche pas a reflechir, je suis passive, spectatrice de ma vie. 
Et on en arrive au fait que je suis ce que deteste. Je me suis perdue un nombre incalculable dans les rues londonniennes.  Je m'en suis toujours sortie. Sauf qu'un jour j'ai du me perdre, moi-meme, mon ame, ma facon d'etre, moi. Et cette fois-ci le chemin de retour n'a pas été si evident. Je le cherche encore pour etre franche. Je ne sais absolument plus qui je suis, je ne me reconnais en aucun de mes actes, des plus au moins inhabituels. Je ne suis pas cette folle lunatique capable de changer d'opinion en moins de deux secondes. Je ne suis pas cette folle depressive capable de passer 3 heures a pleurer seule dans sa chambre. Je ne suis pas cette folle vide de toute ambition, qui se traine lamentablement. Je ne suis pas cette folle qui se laisse abattre. Moi je suis celle qui se fout de la tronche des personnes comme ca. Je suis celle qui a toujours été forte, qui a toujours tenu la tete hors de l'eau. Je suis celle qui positive toujours. Je suis celle pleine d'ambition, au point que ca en devient presque ridicule des fois. Je deteste ce que je suis. Je me manque.
Et lui aussi d'ailleurs, il me manque.

J'vous ai pas raconté


Que j'ai rencontré les Power Rangers!
Mais gays.

Tuesday, 2 March 2010

Une peu de photos


Alors lui, pour la blague je l'appelais 'Petit Ben',
parce que c'est un mini Big Ben quand meme.
 Bref la semaine derniere j'ai appris 
qu'en fait il s'appelle vraiment 'Little Ben'



Wahou
Le vrai BIG Ben cette fois.


Et la en fait on realise qu'on se fait quand meme avoir :
Non, Big Ben n'est pas si grand que ca!


Et la on dit 'Et ben, quelle artiste!'
(Oui parce que s'il-vous-plait ceci n'est pas une
photo made in tout automatique!)

J'raconte ma vie!

Ce week-end, Marine etait chez elle, Clea avec son amoureux, Billie de babysitting, Cindie et Maelle a la fashion week . . . Du coup London etait mienne, toute seule dans ma ville!

Pourquoi j'aime : parce que je ne me pose pas de question, je prends le metro pour aller quelque part, et arrivée a une station quelconque je me dis 'Hey, je suis jamais allée ici!', et je descends.
C'est comme ca que je me suis retrouvée a arpenter les rues de Canary Wharf :


Ici j'ai rigolé (toute seule donc) comme une hyene en ecoutant mon iPod 
(Merci la Rue Ketanou!)





Vous avez compris, a faire ma maligne 'Je maitrise tellement London que je peux me permettre de descendre n'importe ou sans avoir peur', ben je me suis retrouvée au milieu de building tous plus modernes les uns que les autres!
Mais c'est pas fini! Wahou on peut prendre le DLR, wahou il va a Greenwich! Ni une ni deux, je me retrouve dans le DLR . . . Non je rigole, j'ai mis une bonne dizaine de minutes a la trouver, cette foutue station! Elle etait dans un centre commercial, serieusement c'est quoi leur souci aux anglais!!! Bref une fois ma station trouvée (et une bonne dizaine d'allée-retour pour trouver la platform que je souhaite, trouver la borne Oyster et tout le tralala), voila le DLR qui arrive. Le DLR, c'est donc un train sans chauffeur qui passe en hauteur, sur des rails surelevées. 
Direction Greenwich donc. Greenwich, je connaissais que de nom. 'C'est le point zero sur la carte. Mais siiiii longitude zero, lattitude zero, ben c'est laaaaa'. Aaaaah. Ben allons au point zero alors. Au final, c'est peut etre le point zero (Je le repete souvent la, point zero, ca commence presque a en perdre son sens, point zero, si il en a un a l'origine, evidemment), mais pas que! Moi qui me demandais toujours 'Mais y sont ou les jeunes a London?' BEN ILS SONT A GREENWICH!!! Cité etudiante, et quelle cité! Des pubs old school et rock'n'roll, des etudiants en skate et/ou guitare sur le dos, des magasins completement deconnectés de l'ordinaire, un marché brouillon plein d'artistes qui vendent leurs produits completement a coté de la plaque, bref ca grouille de partout, ca bouge, ca vit, c'est Greenwich!!! Mais aussi, et voila le point fort de cet endroit, c'est que malgré tout ce rafus, le parc vous permet de vous evader (sauf quand on a tres envie de faire pipi, et la je vous raconte meme pas la galere pour trouver des toilettes!), on est au milieu de la nature, c'est grand, c'est vert, c'est beau (J'avoue faut quand meme avoir vecu un moment dans cette ville pour appeler ca 'nature'), et quand on monte en haut de la colline, on a tout London qui s'etale sous nos yeux (et Canary Wharf au premier plan 'Oh bah c'est la que j'etais!'). Et ca doit etre encore plus chouette quand il fait beau! Oui parce que samedi c'etait encore fevrier. Mais depuis lundi c'est mars alors il fait beau. Si si, je vous assure, c'est comme ca ici, 'Salut Fevrier, c'est Mars, bon alors demain je debarque, donc tu reprends tes nuages plein de pluie degueulasse et tu me laisses mettre le soleil, le ciel bleu, les oiseaux et les fleurs en place. Merci bien, a l'année prochaine!'.

So do I petite affiche!
L'université, ah ben ca c'est autre chose que Blaise Pascal!
J'veux faire mes etudes ici tiens!

La nature je vous dis!

Bon c'est pas la photo la plus jolie, deja par les couleurs
(Merci de ciel de monsieur London-Fevier)
mais aussi a cause de ce qui est devant l'objectif!
En meme temps j'ai realisé en partant que y'avait une vue
beaucoup plus jolie de l'autre coté
(Apres les 4kms parcourus a la recherche de toilettes
et pendant le 'Allo Maman j'suis perdue!')

Tuesday, 23 February 2010

Etre au pair . . .

Je ne le recommande pas.

En toute sincerité, vivre chez des gens, c'est vraiment nul. Il faut s'adapter a leur facon d'etre, a leur facon de vivre, et ne pas broncher si on est pas d'accord. 

Pourtant c'est dur de voir Max se faire gronder pour un oui pour un non, d'avoir son pere qui intervient des qu'on dit 'Max!' (Non mais serieusement, je lui dit 'Max mange tes cereales', il a pas a intervenir pour pousser sa beuglante contre son gosse, si?). Vraiment ce pauvre loulou se fait beaucoup trop souvent engueuler, violemment en plus, et pour rien. Alors que Shalini, tout passe, ses betises sont rigolotes, et elle est jamais punie.
Et encore je me demande ce qui me fout le plus les boules, lui, en train de hurler a en perdre sa voix (Si si . . .), elle qui 'essaye' de le calmer mais qui est completement invisible, ou eux, qui regardent leurs parents en desaccord et qui ne savent pas trop a quel saint se vouer.
C'est desolant de les voir en contradiction quasi continuelle. Un coup elle va s'ecraser completement, un coup il va aller bouder dans son coin, mais jamais ils n'auront la meme vision des choses concernant l'education de leurs enfants.
C'est la que j'aimerai intervenir, leur dire que c'est un enfant, pas un chien qui a fait pipi sur le tapis, et leur demander ce qu'ils attendent de lui, quelle point de vue ils veulent qu'il adopte. Good Cop, Bad Cop, peut-etre, mais faut pas non plus tomber dans l'extreme. . . Mais je ne suis que la pauvre au pair qui vit chez eux, et qui doit pretendre ne rien avoir vu.

Et puis il faut vivre avec l'idée que tu ne peux jamais etre sur de ce qu'ils pensent de toi, que ce soit en bien ou en mal. Et ça, ça rend plutot parano. Et forcement tu t'enfonces dans ta paranoia, au final, on a tous le meme sentiment : Ce qui est bien fait, ben ouais c'est normal. Ce qui est mal fait en revanche on te le fera remarquer. Mais pas a toi! Non, on le dira aux enfants, on fera une allusion au passage sans forcement s'etendre, on dira 'Non non c'est pas pour toi'. Malgré ca, on peut pas s'empecher de penser que tout nous est destiné, et que le 'Mais non, si y a quelque chose, on te le diras' n'est qu'une phrase bateau bourrée d'hypocrisie. Non serieusement, on va pas me dire que le 'Shali tu regardes pas la télé toute la journée' n'etait pas une facon derivée de dire 'Pauline la télé n'est pas la nounou stp'. Surtout quand il se casse pendant que je lui explique qu'elle est loin de regarder la télé toute la journée (Oui c'est delectable d'entendre la porte se fermer en plus milieu d'un 'She is just watching . . .')

Et puis vivre chez des gens, c'est aussi devoir leur rendre des comptes (Ben ouais on est pas nourris logés blanchis et payés a regarder ses ongles pousser). C'est s'occuper des loulous, on est d'accord la dessus, c'est un peu l'un des points principaux des au pairs! Non ca c'est logique. Ce qui est horrible c'est l'impression qui nous envahit quand on nettoie la maison (et particulierement le lundi matin quand il faut ranger toutes les m•rdouilles qui trainent du week-end, week-end que nous, on n'a pas du tout passé dans la maison, m•rdouilles qui donc, ne nous concernent en aucun point.). Ok on vit la, mais ils ne semblent pas comprendre que jamais nous ne pourront conciderer cette maison comme la notre. Et nettoyer cette maison etrangere, ca nous renvoit encore plus a notre chez-nous, celui ou on est pas (et ou en plus, on ne retournera pas pour mon cas), celui ou on a toute notre vie, celui qui nous manque. Meme ma chambre, typiquement a mon image, DVDs bouquins fringues bordel . . . Ouais faut l'avouer y en a de partout, bref comme MA chambre, ben meme cette piece ne me fait pas sentir mieux.

On vit quelque chose d'incroyable j'en ai bien conscience, mais j'ai pas l'impression d'appartenir a ce monde, comme si je faisais une experience sans aucun lien spatio-temporel avec la realité. C'est compliqué. C'est pas agreable. Et ca l'est encore moins quand la realité vous saute a la tronche (Parce que malgré tout, elle est la . . .)

Je pense avoir fait le tour de l'experience. Je commence a m'enfoncer dans la routine deja. En plus mon niveau d'anglais n'avance plus. Et je regresse en francais (non serieusement!). Je ne vais pas revenir bilingue mais illettrée!


Tous les WE, cette station est un passage obligatoire pour moi.


Franchement, je le trouve pas si beau que ça, le Buckingham Palace


Ça c'est plus sympa deja!


Et ça c'est meme magique.


St Paul et le pont qui bouge (Ou le pont qui explose dans 
Harry Potter, mais le pont qui bouge c'est mieux)


Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit : Je suis vraiment toujours folle amoureuse de cette ville!